Feuilles, gènes et gaz à effet de serre
La rage au coeur, l'amour à l'âme. Un billet d'humeur de Dominique Guillet, présenté sur le site de Liberterre, qui objecte en conscience à la profération incessante, par tous ceux qui se prétendent en contrôle des pays occidentaux ou en voie d'occidentalisation, du trinôme fatal "Nouvel Ordre Mondial".

En vue d'une publication prochaine, nous accueillerons avec plaisir toute information intéressante, et non disponible sur le net, concernant l'abomination que constitue le Codex Alimentarius.

Feuilles, gènes et gaz à effet de serre Dominique Guillet présente sa traduction d'un texte de David Beerling extrait du second chapître de son ouvrage "The Emerald Planet". Dans ce chapitre, l'auteur explique que les arbres et plantes durent patienter 40 millions d'années avant de pouvoir faire croître des feuilles, en raison du taux excessivement élevé de dioxyde de carbone dans l'atmosphère (de l'ordre de 15 fois plus de dioxyde de carbone atmosphérique que ce qui prévaut aujourd'hui). Il est très difficile pour l'imagination humaine de visualiser un monde végétal constitué de tiges strictement dépourvues de feuilles, un état de fait qui aurait perduré durant des dizaines de millions d'années. L'auteur évoque également la diminution du nombre de pores des feuilles au fil de la montée du dioxyde de carbone depuis le début de la révolution industrielle.

Ce texte intéressant met en exergue la relation intime entre le climat et le monde végétal. Il laisse cependant entier le débat qui rage actuellement: peut-on réellement parler de "réchauffement climatique" ou ne doit-on évoquer qu'un "bouleversement climatique" à l'échelle planétaire et à l'échelle de nos vies humaines?

Il est vrai qu'on ne peut qu'être vigilant vis à vis du spectre du réchauffement climatique brandi par ceux-là même qui préconisent un Nouvel Ordre Mondial, une version légèrement altérée de l'Ancien Ordre Mondial, celui des cartels de la finance, de la pharmacie, de l'agro-chimie, de l'agro-alimentaire... Ceux-là même qui refusent, d'ailleurs, face à la montée du dioxyde de carbone, de recycler l'agriculture à la bio, de stopper toute déforestation, de limiter considérablement la consommation en viande, tous facteurs qui, outre le fait qu'ils réduiraient drastiquement le taux de CO2 dans l'atmosphère, contribueraient à stopper la désertification et les processus d'érosion sur cette belle planète.

En effet, ce qui arrive en ce moment en Australie est sans doute moins la conséquence d'un bouleversement climatique (ce pays a souffert de cycles récurrents de sécheresses impitoyables, et répertoriés depuis 1829) que celle d'un siècle et demi d’agriculture et d’élevage intensifs. L’Australie est sans doute le premier pays dit “occidental” à être intégralement ruiné par les processus de salinisation et de désertification: certaines terres Australiennes ont des concentrations de sel trois fois supérieures à celles de l’océan.

Et pour ceux qui seraient intéressés par les racines profondes de l'Ancien Ordre Mondial, nous conseillons la lecture de deux textes fondamentaux de Paul Shepard, l'un des pionniers US de l'écologie:

- Dix mille années de crise

- Les patriarches du désert.

La meilleure façon de lutter contre les multinationales, c'est de s'en passer, par le jardinage familial, les pratiques agro-écologiques et l'autonomisation semencière.

Contre le financement du barrage d'Ilisu par la Société Générale
Victoire historique à Ilisu (Turquie) : les agences de crédit claquent la porte !
Par Yann Louvel

C’est une première historique : les agences de crédit à l’exportation allemande, autrichienne et suisse viennent de se retirer officiellement du projet de barrage d’Ilisu en Turquie. Celles-ci ont dû se rendre à l’évidence que la Turquie ne respectait pas les conditions sociales, culturelles et environnementales auxquelles elle s’était engagée. C’est maintenant au tour de la Société Générale d’en tirer les conséquences et de se retirer immédiatement de ce projet inacceptable.
C’est à l’issue d’un ultimatum de 60 jours lancé le 8 octobre dernier à la Turquie pour qu’elle respecte les 153 conditions attachées aux contrats signés en 2007 pour la construction du barrage d’Ilisu que les agences de crédit à l’exportation allemande, autrichienne et suisse ont fait savoir leur décision finale : elles suspendent tous leurs contrats liés à ce projet. Ce retrait sans précédent, qui sera effectif après une période de 180 jours, témoigne des impacts sociaux, culturels, politiques et environnementaux massifs provoqués par ce projet.

Jusqu’à 78 000 personnes, dont une majorité de Kurdes, sont menacées de déplacement forcé par la construction du barrage. Celui-ci menace également l’approvisionnement en eau des pays directement en aval, la Syrie et l’Irak, et constitue donc une source potentielle de conflit régional. Le barrage d’Ilisu menace enfin directement environ 300 sites archéologiques qui seraient submergés par le réservoir, dont Hasankeyf, une des plus anciennes villes habitées sur la planète, ainsi que de nombreuses espèces.

« C’est une excellente nouvelle ! C’est la première fois qu’une garantie de crédit à l’exportation accordée est finalement suspendue par des gouvernements européens pour des raisons environnementales et sociales. Ces derniers ont bien été obligés de prendre en compte les rapports d’experts indépendants absolument accablants publiés en 2008 concernant le non respect des engagements contractés par la Turquie (1). Cette décision devrait inciter ces mêmes agences ou d’autres, comme la COFACE ici en France, à améliorer leur politique de transparence et leurs normes environnementales et sociales » explique Sébastien Godinot, coordinateur des campagnes aux Amis de la Terre.

Yann Louvel, chargé de campagne Finance privée aux Amis de la Terre, conclut : « L’échec de la Turquie à respecter les conditions environnementales et sociales liées au barrage d’Ilisu étant désormais confirmé, c’est maintenant au tour de la Société Générale de prendre immédiatement la mesure de cette décision historique et de se retirer du projet sans plus tarder ».

1) Les rapports du Comité d’Experts indépendants sont accessibles en ligne sur ce site Internet.
www.ilisu-wasserkraftwerk.com/page.php

Pour nous soutenir toutes les possibilités sont indiquées là
www.cyberacteurs.org/don/index.php

TGV, terrorisme à grande vitesse
Un appel à faire dérailler le Terrorisme Alimentaire qui sabote la Biosphère!
L'Association Kokopelli existe toujours parce que le peuple nous a soutenus contre la Terreur d'Etat qui nous aurait sinon impitoyablement écrasés. Nous avons appris aujourd'hui que le Ministère de l'Agriculture a interdit au Potager du Roi (Château de Versailles) de commander des semences chez Kokopelli (ce qu'ils faisaient depuis un grand nombre d'années). Est-ce une nouvelle version du néo-libéralisme?

Le Ministère de l'Agriculture va-t-il envoyer une missive à toutes les municipalités petites et grandes, à tous les jardins municipaux et botaniques, à tous les parcs régionaux, pour leur interdire de commander des semences chez Kokopelli? Les collectivités publiques auront-elles Monsanto comme fournisseur agréé et certifié conforme?

Cela fait plus de dix années que nous sommes harcelés par la mafia semencière et par leurs valets d'Etat. Parce que nous vendons des graines de tomates? Peut-être, mais surtout parce que nous promouvons des dynamiques d'autonomie: le jardinage familial, l'agro-écologie, la production autonome de semences, le soutien aux paysans du Tiers-Monde.

N'est-ce pas, en fait, cette promotion des Autonomies, en commençant par le jardin potager, que les Autorités reprochent réellement aux "Jeunes de Tarnac", (et à toute une "mouvance" qualifiée "d'anarcho-autonome" ou "d'ultra" afin de détourner l'attention de la crise qui se profile) ? A la question posée par le journal Libération (11 décembre) : "Comment s'expriment leurs velléités terroristes?", le contrôleur général Christian Chaboud, responsable de la lutte antiterroriste, a répondu : "De par leur attitude et leur mode de vie."

L'autonomie serait la preuve d'une tendance au sabotage et au terrorisme? Pathétique.

Une certaine presse s'est offert le luxe de grands titres lors de l'arrestation musclée des neuf jeunes de Tarnac accompagnée libéralement de télé-réalité. Cette même presse a quelque peu omis de "couvrir" la libération de sept d'entre eux avec les mêmes grands titres. Deux restent en prison: Julien Coupat et Yildune Levy. Je vous invite à consulter l'article publié en ce jour dans l'édition informatique du journal "le Monde" par le philosophe Michel Terestchenko "Non à la banalisation des législations d'exception!". Est-ce normal "que la nuit, toutes les deux heures, la lumière s'allume dans la cellule d'Yldune Lévy"? Est-ce normal qu'elle n'ait toujours pas été entendue par un juge d'instruction après 6 semaines d'incarcération? (Il est vrai que les juges d'instruction seraient sur un siège éjectable. Pour que peut-être l'Etat jouisse d'un peu plus d'Autonomie?)

Sont-ce les "dommages collatéraux" de la lutte anti-terroriste? Mais qui sont les vrais terroristes? Qui sont les vrais saboteurs? Ne sommes-nous pas confrontés à une gigantesque entreprise de sabotage à l'échelle planétaire? La biosphère est en train d'agoniser: pollution et érosion des sols, désertification, éradication de la biodiversité, cancérisation de l'humanité... Le principal coupable est l'agriculture chimique, mortifère et cancérigène. Le principal Terrorisme est Alimentaire: il permet de contrôler les peuples, il a été mis en place, depuis 1945, par les multinationales de l'agro-chimie et de la semence et par tous leurs complices dans certaines hautes administrations des pays Occidentaux.

Le manifeste "L'Insurrection qui vient" ne serait-il pas le cri de désespoir d'une certaine jeunesse face à l'autisme des Autorités sous le contrôle total de ces multinationales et de quelques empires financiers et économiques?

Ces multinationales continuent de s'organiser pour s'assurer du contrôle total de la planète et nous remercions tous ceux qui nous ont amené des informations concernant la nature et les agissements du MOMAGRI suite à mon appel à la vigilance. Le MOMAGRI est un "comité bien visible": ne le perdons pas de vue! Par contre, ses finalités réelles ne sont pas tout autant visibles.

Le MOMAGRI, le "Nouvel Ordre Mondial de l'Agriculture", c'est la recette assurée d'un nouveau TGV, un "Terrorisme à Grande Vitesse". Le nec plus Ultra du Terrorisme Alimentaire, une solution certaine pour la Fin dans le Monde.

Alors, non, je ne soutiens pas des saboteurs de TGV mais par contre, je dénonce les saboteurs de ce permanent "Terrorisme Alimentaire à Grande Vitesse".

Je ne promeus ni la violence (qui reste bien évidemment l'apanage "légal" des dominateurs), ni la non-violence. Mais une question reste entière: A quoi cela mène-t-il les tolérants de tolérer les intolérants? Que chacun tire les leçons du passé.

J'ai pu lire aujourd'hui que je détournais les fondements de Kokopelli, une association "distribuant des produits à l'ancienne"! Cela fait plus de dix années que je crie haut et fort qu'il ne sert à rien de protéger la biodiversité alimentaire si nous n'avons pas la liberté sociale de l'utiliser. Kokopelli n'est pas tourné vers le passé mais vers le futur. Au coeur de cette extinction d'envergure planétaire, nous voulons préserver des semences pour les oasis du futur, il est vrai, mais nous avons surtout à coeur de lutter pour conserver la liberté sociale de les jardiner et de les jardiner en agro-écologie.

Au risque de me répéter une énième fois, je réitère la question de Roger Heim en 1965, alors directeur du Muséum d'Histoire Naturelle et président de l'Académie des Sciences: «On arrête les “gangsters”, on tire sur les auteurs de “hold-up”, on guillotine les assassins, on fusille les despotes - ou prétendus tels - mais qui mettra en prison les empoisonneurs publics instillant chaque jour les produits que la chimie de synthèse livre à leurs profits et à leurs imprudences?» Roger Heim avait préfacé l'ouvrage de Rachel Carson "Le Printemps Silencieux" qui dénonçait déjà en 1962 les incroyables méfaits de l'agro-chimie.

Qui mettra en prison les empoisonneurs publics?

Et au risque que d'aucuns m'accusent encore de mélange de genres, je réitère ce que j'ai exprimé dans mon article "Kokopelli, un joueur de flûte enchantée dans le Rêve de Gaïa": nous sommes spoliés par une confiscation systématique des plantes alimentaires, des plantes médicinales, des plantes sauvages, des plantes shamaniques, des extraits fermentés, du stevia, etc.

Et j'appelle à une Insurrection totale contre cette interdiction d'accès aux richesses de la biosphère.
Et j'appelle à la révolte des peuples contre cette Terreur d'Etat insidieuse qui nous pourrit la Vie.
Et je refuse de me calfeutrer dans le camp de ceux "qui ont les mains blanches mais qui n'ont pas de mains", comme le chantait le poète.

Kokopelli-ment vôtre. Dominique Guillet.

"De quel droit les Etats Occidentaux se mêlent-ils de légiférer et de criminaliser l’accès aux richesses de la biosphère, aux dons de la Terre Mère? Qu’attendent les peuples pour se révolter contre l’interdiction de concocter un extrait d’ortie ou de prêle pour soigner les légumes de leur jardin, contre l’interdiction de sucrer leur tisane avec du Stevia, contre l’interdiction de cueillir des champignons dans les prés à l’automne, contre l’interdiction de donner ou d’échanger des anciennes variétés de blés, de tomates, de maïs ou de courges? Nous exigeons un accès libre à toutes les richesses de la biosphère Gaïenne, à tous les dons de la Terre Mère. Maintenant. Et sans exception.

L’humanité est maintenant confrontée à un choix décisif: sombrer dans un esclavagisme chimique de synthèse, virtuel et artificiel (le véritable “enfer de la drogue”) ou se révolter pour recouvrer son droit inaliénable d’avoir recours aux plantes sauvages, aux plantes médicinales, aux plantes shamaniques et aux plantes alimentaires, le fruit de milliers d’années de co-évolution avec la biosphère. De ce choix dépend la survie de l’humanité, et d’une grande partie de la biosphère. Quant à Gaïa, une perle bleue sertie dans un univers de 135 milliards de galaxies, elle en a vu d’autres en 4350 millions d’années!"

Herbe : un film à voir absolument
Vous savez ce que mangent les vaches ?
En êtes-vous vraiment sûrs ?
HERBE (
www.herbe-lefilm.com) Au cœur de la Bretagne paysanne, deux visions du métier d’éleveur laitier se confrontent. Alors que des Hommes se sont engagés depuis plusieurs années dans une agriculture autonome, durable et performante, le courant majoritaire de la profession reste inscrit dans un modèle de production industriel, fortement dépendant des groupes agricoles et agro-alimentaires…
Les objectifs du film sont multiples. Si les questions relatives aux dérives de la PAC (choix politiques et répartition des aides) sont centrales, il est aussi question des dérives des systèmes coopératifs agricoles. HERBE met alors en lumière les alternatives au modèle productiviste dominant. HERBE désire interroger de manière globale le monde dans lequel nous vivons par l'intermédiaire de l'élevage laitier breton.
En effet, la question agricole devient centrale dans les problématiques politiques actuelles. Alors que l'alimentation d'une partie de la population mondiale est remise en cause, et qu'apparaît toujours plus pressante la nécessité de repenser nos modèles de production et d'approvisionnement, la crise énergétique semble nous pousser à agir vite quant à développer des moyens autonomes de subsistances.
HERBE n'est pas seulement le constat de la fin d'un temps, il rend visible le possible d'un autre moyen de vivre et de construire le monde, un monde autre...

Où voir le film ?

La date de sortie nationale du film est le 18 février prochain, à 3 jours de l’ouverture du Salon International de l’Agriculture de Paris. Nous vous communiquons les salles qui le programmeront, mais invitons tous les collectifs qui le souhaiteront à prendre l’initiative.

Ces salles programment HERBE à partir du 18 février :
- Toulouse – Utopia (sortie dès le 11 février) - Tournefeuille – Utopia (sortie dès le 11 février)
- Bordeaux - Utopia
- Montpellier – Utopia
- Montpellier – Diagonal
- Paris - Espace St Michel
- Avignon – Utopia
- Nantes - Concorde
- St Ouen l'Aumône – Utopia
- Achères - Pandora
- Calais - Alhambra

Ces salles programmeront HERBE mais n’ont fixé de date définitive. N’hésitez pas à leur demander plus d’informations :
- Bayonne - Atalante
- Rennes - Arvor
- Dijon - Eldorado
- Caen - Lux
- Lyon - Comedia
- Clermont-Ferrand - Rio
- Bretagne – Circuit Cinéphare (tournée au mois de mars)
- Gournay en Bray (76) - les Ecrans
- Grande Synthe (59) - Cinéma
- Libourne - Grand Ecran
- Nîmes - Sémaphore

Ces salles ont le film, et réfléchissent encore à leur programmation. N’hésitez pas à leur demander de le programmer :
- Grenoble - Méliès
- St Etienne - Méliès
- Perpignan - Rive Gauche
- St Ouen - Espace 1789

Enfin, chaque collectif peut demander à sa salle de cinéma (en France, en Belgique, en Suisse et en Andorre) d'organiser une projection, ou bien encore organiser soi-même une projection avec ses propres moyens de diffusion.

Contact : Parasite Distribution - Jean-Jacques Rue - 06 16 55 28 57 -
jjrue@hotmail.fr

Pesticides dans les raisins
Enquête sur les raisins de table au sein de l’UE, qui démontre la présence de pesticides, avec une présentation des résultats en détails et par pays, et les résultats pour la France.

Enquête : des pesticides dans le raisin !

Communiqué de presse Paris, le 24 novembre 2008 Enquête sur les raisins de table au sein de l’UE : des ONG détectent des pesticides, parfois interdits, souvent préoccupants et en grand nombre dans des raisins de certains supermarchés !
Une grande enquête a été menée par 5 ONG, dont le MDRGF pour la France, dans 5 pays européens ( Italie, France, Pays-Bas, Hongrie et Allemagne) dans des magasins appartenant à 16 enseignes différentes. 124 échantillons de raisins issus de l’agriculture intensive ont été analysés, par un laboratoire allemand spécialisé, afin de rechercher d’éventuels résidus de pesticides.

Les résultats sont préoccupants :
Résultats globaux.
- 99,2% des raisins analysés contenaient des résidus de pesticides! Soit 123 des 124 échantillons testés. Seul un échantillon ne présentait pas de trace de pesticides.
- 0.65mg/kg de pesticide (matière active) trouvé en moyenne par échantillon.
- 20% des raisins étaient contaminés par 10 ou plus de 10 pesticides différents.
- 4,8% des échantillons dépassaient les nouvelles Limites Maximales en Résidus européennes (LMR), des limites légales qu'on ne doit pas dépasser !
- 3 échantillons contenaient des pesticides interdits dans les pays de production.
- Un échantillon dépassait la dose de référence pour la toxicité aiguë de l'Organisation mondiale de la santé! Le dépassement de cette dose de référence, même une seule fois, peut endommager la santé humaine, en particulier la santé des enfants.
- Et parmi tous ces pesticides de nombreuses matières actives présentaient des risques potentiels pour la santé. On a trouvé des pesticides neurotoxiques, suspectés d’être cancérigènes ou encore pouvant perturber le système hormonal.

Et pour la France ?
- 100% des 25 échantillons testés étaient contaminés.
- 0,73mg/kg de pesticide (matière active) trouvé en moyenne par échantillon.
- 44% des raisins étaient contaminés par 10 ou plus de 10 pesticides. 51 pesticides différents ont été détectés au total.
- 8,5 pesticides par échantillon en moyenne! Le record pour l’enquête : 16 pesticides dans un échantillon de raisin acheté!
- 16% des échantillons dépassaient les nouvelles Limites Maximales en Résidus européennes (LMR), des limites légales qu'on ne doit pas dépasser !
- Cerise sur le gâteau, des pesticides interdits d’usage dans toute l’UE ou dans le pays de production ont été retrouvés ! En effet, 2 échantillons de raisins italiens contenaient de l’endosulfan, un pesticide interdit dans toute l'UE. Comme le DDT, l'endosulfan est un polluant organique persistant (POPs) qui provoque des dommages à long terme pour l'environnement. De plus, un autre échantillon de raisin italien contenait l’insecticide bromopropylate qui n’est plus autorisé en Italie depuis fin 2007 !

« Cette situation est inacceptable. La contamination des raisins par des substances préoccupantes est massive. » déclare F. Veillerette, Président du MDRGF et administrateur du réseau PAN-Europe. « Les pouvoirs publics doivent prendre leurs responsabilités par rapport aux situations d’illégalité que nous avons mises en lumière. Nous demandons au gouvernement français de soutenir la position de la Commission Environnement du Parlement européen qui appelle à l’exclusion des substances classées CMR ou perturbatrices endocriniennes afin que le consommateur ne les retrouve plus dans ses aliments. Nous appelons également les chaînes de supermarché à tout mettre en oeuvre pour baisser les niveaux de résidus de pesticides dans leurs produits en appliquant des standards plus exigeants à leurs fournisseurs que ceux prévus par la loi » ajoute-t-il.

Contact presse
F. Veillerette – 06 81 64 65 58 –
mdrgf@wanadoo.fr
et N. Lauverjat – 06 87 56 27 54 – mdrgf2@wanadoo.fr

Plus de détails dans le dossier de presse en ligne sur le site Internet du MDRGF avec une présentation des résultats en détails et par pays :
http://www.mdrgf.org/news/news241108_raisin_supermarche_pesticides.html.

< les résultats pour la France :
http://www.mdrgf.org/pdf/Supermarche_pesticide/FRANCE_analyse_raisin_pesticide.pdf

Marche Consciente
Vers une intime cohérence, douce et joyeuse, à l’instant, marche ton présent.
Il est urgent que l'être humain moderne (re)trouve sa Source. Et il a tous les outils en lui pour le faire en totale autonomie. (Re)apprenons donc ce geste ancestral qu'est le pas, en douce et silencieuse harmonie avec le rythme de la Terre et avec le souffle de la Vie pour vivre dans la conscience lumineuse de notre place dans l'Univers. Excellente préparation aux randos, à un pèlerinage ou à toute autre forme d’exercice physique, la marche consciente permet, à moyen terme, d’améliorer ses capacités, et pratiquée régulièrement, elle devient un outil et un plaisir simples, d'hygiène de vie psycho-corpo-spirituelle.

La respiration est le premier – et le dernier – geste autonome de l'être humain. La marche à pied, le premier facteur d’autonomie de l’enfant, une activité naturelle qu'il fera normalement jusqu'à la fin de sa vie. Les hommes la pratiquent depuis qu'ils sont sur terre. Silencieuse, elle nous permet d’appréhender l’environnement de façon plus personnelle, de calmer notre mental et d’apaiser nos tensions.

La marche consciente telle que Marie-Hélène Faurès la propose est conçue pour être accessible à toute personne en bonne santé et désireuse de donner un sens nouveau à ses pas, même (et surtout) à ceux du quotidien. Grâce à des exercices d’échauffement, de synchronisation de la respiration et de la marche, d'ouverture au milieu ambiant et de relaxation, Marie-Hélène nous apprend à vaincre nos peurs du vide et du silence, à nous ouvrir à la perméabilité de l’extérieur vers l’intérieur et aux multiples échanges avec l’environnement, à harmoniser notre rythme avec celui de la Terre et notre respiration avec le souffle de l’Univers qui nous traverse : nous nous sentons ainsi dans le mouvement de l’Univers en union et en appartenance avec Lui. Comme l’arbre entre la Terre et le Ciel, nous nous enracinons corps et âme. De la balade urbaine à la randonnée montagnarde, chaque pas devient un chemin qui libère notre vérité intérieure et qui nous élève corps et âme, une marche en conscience vers soi-même re-lié à la Nature.
Progressivement, La marche devient un puissant et profond outil de régénération corporelle et spirituelle aux bienfaits bien réels : présence attentive à l’instant, apaisement du mental, amélioration, en douceur, de la relation à soi-même et donc aux autres, meilleure circulation de l’énergie vitale, méditation dans l’action.

Marie-Hélène Faurès : « La réelle spiritualité, à mon sens, (et ma façon préférée de méditer) se vit à travers ces deux gestes si naturels et originels (si simples mais si peu visibles) auxquels l’être humain n’accorde que peu d’importance que sont le pas et le souffle, la marche et la respiration, gestes ancestraux, authentiques et humbles, nécessaires à la vie. En étant attentif à la qualité de l’intention mise dans ces deux gestes, nous prenons conscience que l’homme a toujours marché et respiré, depuis son enfance jusqu’à sa mort, depuis l’aube jusqu’à la nuit des temps : ainsi, nous communions avec notre mémoire primitive, nos racines profondes, notre nomadisme intérieur, l’enfance de notre civilisation (et la notre). Immobilité de la présence dans le mouvement du souffle, équilibre dans le déséquilibre postural perpétuel, notre être devient espace d’accueil, notre esprit présence et cohérence, notre corps, centré et aligné, arbre en mouvement ».

Les publics les plus sensibles sont les personnes qui ont envie de « marcher leur plaisir », de se réconcilier avec la marche vécue à l'un ou l'autre moment de la vie, souvent dans l’enfance, comme une souffrance, une performance à accomplir, un but à atteindre : ici, nous sommes dans l’instant intime offert à soi-même, dans la joie de la communion avec la nature et surtout dans le respect de son corps avec pour seul but la qualité du geste et non la quantité, l’être et non le faire.

Marie-Hélène Faurès : « J’ai toujours voyagé par passion du mouvement, fascination de la rencontre de personnes et de la confrontation à des cultures qui me sont étrangères. J’ai toujours marché aussi que ce soit dans mon enfance avec mon père forestier ou bien, plus tard, lors de mes voyages toujours itinérants pour éprouver ce nomadisme qui fait parti de la nature de chaque être humain. Et au cours de ces itin-errances pédestres, je me suis peu à peu rendue compte que mon voyage intérieur était plus porteur de sens.
La randonnée de Ressourcement à pied en complète autonomie , avec le goût de l’effort partagé, permet à chacun de repenser son lien avec la nature, de traverser son hostilité première pour apprendre à vivre avec elle une relation plus harmonieuse, plus enrichissante et plus apaisante. En effet, la nature que ce soit le désert, la montagne ou le parc communal près de chez vous, nous permet de faire le vide intérieur, comme si l’extérieur et l’intérieur s'harmonisaient et ne faisaient plus qu’un.

Pilote de randonnée et marcheuse au quotidien, j’ai réalisé que beaucoup de gens attendent les vacances pour marcher (le reste du temps la marche est peu pratiquée où alors de façon rapide voire stressante), ou pour s’occuper d’eux-mêmes. Ma rencontre avec Daniel Zanin, accompagnateur en marche consciente, m’a donné confiance en ce projet de partage de ces marches en silence pour que chaque pas, même les plus petits nous apporte paix et bien -être. »

Pyrénéenne d’origine et de cœur, Marie-Hélène Faurès est, au côté de Charles de Radiguès, créatrice et animatrice de Randonnées de Ressourcement pour Terres au Souffle de Lumière.
Diplômée en gestion des entreprises hôtelières et touristiques, après la gérance de sociétés hôtelières à Bruxelles, elle se consacre entièrement à sa passion des itin-errances pédestres comme outil de mieux être au quotidien.

Actualité : conférences, ateliers, week –ends en Belgique, séjours dans les Vosges, randonnées en Pyrénées.
A-venir : création d’un éco-gite du Ressourcement en Pyrénées ariégeoises dédié à toutes les formes de dé-marches.

Pour en savoir plus :
Marie-Hélène Faurès
Terres au Souffle de Lumière SPRL
Tel : (0032)2.733.00.98 (0032)484.21.32.16
www.geode.be
info@geode.be

les lobbies attaquent la rduction des pesticides dans le Grenelle
réduction de l'usage des pesticides... un sondage qui montre que cette mesure est très attendue et des amendements des lobbies qui veulent vider le Grenelle de son contenu dans ce domaine !
Grenelle de l’Environnement : le MDRGF publie les résultats d’un sondage exclusif IFOP/MDRGF sur les attentes et les craintes des français en matière de pesticides au moment ou les parlementaires examinent la loi Grenelle 1 !

Résultats :

- Réduction des pesticides : Un soutien unanime au plan de réduction de l’utilisation des pesticides de 50% dans les 10 ans à venir. 95% des personnes interrogées jugent très important (70%) ou important (25%) que les agriculteurs diminuent de moitié la fréquence des traitements des cultures par des pesticides dans les 10 ans à venir.
Il s’agit là d’un véritable plébiscite de cette mesure qui figure dans le plan présenté par le Ministre de l’Agriculture il y a quelques semaines et qui fait suite aux propositions du groupe Ecophyto 2018 auquel le MDRGF a participé.
Le MDRGF appelle les parlementaires à soutenir et à renforcer les propositions présentées par le gouvernement en la matière lors des prochains votes sur les lois Grenelle 1 et 2. Il s’agit là d’une des mesures fortes du Grenelle de l’environnement et les français ne comprendraient pas que les promesses faites au plus haut niveau de l’Etat sur ce sujet ne soient pas tenues.

- Pesticides et alimentation : Des français inquiets de la présence de résidus de pesticides dans leur alimentation.
80 % des personnes interrogées se disent inquiètes ou très inquiètes à propos de la présence éventuelle de résidus de pesticides dans les produits alimentaires.
Le sondage précise que ce pourcentage est encore plus élevé que pour la présence d’OGM dans l’alimentation. La présence de résidus de pesticides dans l’alimentation est donc une des craintes alimentaires majeures des françaises, comme de précédentes enquêtes l’avaient déjà montré.
Ce sondage intervient alors que l’Union Européenne a revu les Limites Maximales en Résidus temporaires pour certains pesticides et ce sans les aligner sur les plus bas niveaux possibles1 ( voir…) et que l’INSERM vient de publier un rapport qui montre le rôle joué par les pesticides dans de nombreux cancers ( …). Le MDRGF demande à l’Etat français d’obtenir de la Commission Européenne une révision de ces nouvelles LMR communautaires, « au niveau le plus faible raisonnablement atteignable », en application du principe de précaution et comme le prévoit le règlement 396/2005.

-Pesticides dans les lieux publics : Les français favorables à l’interdiction des pulvérisations de pesticides dans les lieux publics tels que les parcs et jardins, voirie, écoles etc.
80% des personnes interrogées se disent favorables à une interdiction des pulvérisations de pesticides dans les lieux publics tels que les parcs et jardins, voirie, écoles…
L’inquiétude des français par rapport aux pesticides ne se limite pas aux utilisations agricoles. Ainsi cette inquiétude est totalement compréhensible car l’exposition directe du public – et particulièrement des jeunes enfants et des femmes enceintes – a lieu quotidiennement dans ces lieux. Une étude récente de l’INSERM montre par ailleurs que l’exposition du foetus aux herbicides induit un risque accru de certains cancers ( …). Le MDRGF demande donc au gouvernement de rendre en compte cette attente des français et d’intégrer ette interdiction d’usage dans les lois Grenelle et dans le règlement européen en préparation sur les pesticides (…)

Ce sondage a été réalisé sur un échantillon de 1006 personnes, représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus du 11 au 12 septembre 2008. Tout le sondage en ligne sur : http://www.mdrgf.org/pdf/sondage_pesticide_oct08.pdf

la mesure de réduction de 50% des pesticides est la cible des lobbies agricoles à l'Assemblée Nationale.

Divers amendements déposés par M Armand Martin ou Gatignol visent à limiter la portée de cette mesure de réduction de l'usage des pesticides. Ainsi M Philippe Armand Martin, député de la Marne et lui même viticulteur, demande, dans sa proposition d'amendement n° 181, que cette réduction soit calculée « en tenant compte de la politique de réduction des intrants déjà réalisée. » !
Si cet amendement venait à être adopté il s'agirait d'un véritable dévoiement de cette proposition du Grenelle de l'environnement puisque que cela permettrait d'en réduire considérablement la portée en prenant en compte de soi disant efforts passés ! Cette proposition est inacceptable est constituerait un déni des conclusions du Comité Ecophyto 2018 et une véritable provocation si elle venait à être adoptée. Le MDRGF demande aux députés de refuser cet amendement : le projet de Michel Barnier prévoit que cette réduction doit être prise en compte à partir de l'année zéro, soit 2008.

D'autres amendements comme ceux déposés par M Gatignol (217, 218, 219), vétérinaire soutien habituel des demandes du lobby agro industriel, visent également à réduire la portée de cette mesure en limitant l'objectif de réduction. Les amendements 354 et 355 déposés par M Jacob, agriculteur également, visent tout autant à limiter la portée de cette mesure de réduction.
Ils doivent également être refusés par les députés selon le MDRGF qui rappelle que le tout récent rapport de l'INSERM pointe les pesticides comme causes possibles de très nombreux cancers et rappelle que 95% des français trouvent cette proposition de réduction de 50% des pesticides importante ou très importante (sondage IFOP à la demande du MDRGF).

« Le MDRGF, membre de l'Alliance pour la Planète, compte sur la cohérence de la majorité actuelle pour ne pas laisser passer ces amendements dont l'adoption constituerait un véritable déni de Grenelle de l'environnement. » déclare François Veillerette, Président du MDRGF.

Crise sur Crises, la crise sur le gateau
Depuis le 30 septembre, les USA et l’UE viennent de dépenser de quoi nourrir durant un siècle les 900 millions d’humains souffrant de famine, et celà, en quelques jours et sans auncun état d'âme.

Le holdp-up du siècle
« Ce renflouement a pour mission de protéger la masse obscène de richesses qui ont été accumulées au cours des huit dernières années....

Laissez les riches souffrir, pour une fois. Laissez-les payer pour ce sauvetage.

Le plus grand hold-up de l'histoire de ce pays se déroule au moment même ou vous lisez ces lignes.
Aucune arme à feu n'est utilisée, mais 300 millions de personnes ont été prises en otages.
Ne nous méprenons pas : Après avoir dérobé 500 milliards de dollars qui ont été empochés depuis 5 ans par leurs soutiens les profiteurs de guerre, après avoir garni de plus d'une centaine de milliards de dollars les poches de leurs amis les pétroliers depuis deux ans, Bush et ses potes - qui doivent bientôt quitter la Maison Blanche - sont en train de piller le Trésor américain de chaque dollar qu'ils peuvent récupérer.
Ils prennent dans le coffre autant qu'ils pourront en emporter en se dirigeant vers la sortie.

Peu importe ce qu'ils disent, peu importe les mots terrifiants qu'ils emploient. Ils recourent encore une fois à leurs vieux trucs consistant à créer la peur et la confusion afin de rester parmi les 1% les plus riches. »

Michael Moore, Common Dreams, 29 septembre 2008 (extrait)

Accélérateur de particules...mais pourquoi...
La remarque vint de ma fille, 15 ans. Nous regardions distraitement les infos à la télé. Vient l'histoire de l'accélérateur de particules, mise en service imminente. Et le présentateur d'y aller de sa litanie d'infos sur le plus grand collisionneur du monde, dont la mission, nous dit-on, est de percer les secrets de la matière et de l'univers !! Bigre !!
Et alors là, je suis surpris de voir ma fille s'emporter: percer les secrets de l'univers! Mais ils sont cons ou quoi! Ils n'ont que ça à faire ? Ils feraint mieux de s'occuper de la terre !

La remarque m'étonne, d'autant que je suis un peu agacé de n'avoir pas réagi le premier.
Nous creusons le sujet. Effectivement,la connaissance de l'univers, de la création de la matière et de la Terre peuvent être fort utiles à l'avenir et au devenir de l'humanité.
Mais, au regard des chiffres annoncés, on se demande vraiment si toute cette énergie de milliers de chercheurs n'aurait pas été plus utile à des recherches plus "terre à terre".
Jugeons-en: un budget de 3,76 milliards d'euros. 5.000 physiciens mobilisés depuis plus de 10 ans. Et de rêver à ce que cet argent et toutes ces énergies auraient pu apporter à notre civilisation et à notre terre si, au lieu de chercher à savoir "ce qui a été", nous avions plutôt cherché à savoir et anticiper "ce que nous allons devenir".

3,76 milliards d'euros !!! Alors que pour créer du pétrole vert et inépuisable à partir de la fermentation des déchets ménagers, ce sont des bénévoles (et passionnés) qui s'unissent pour mener, avec les moyens du bord, des études et des expériences (voir ce groupe de travail )
Alors que le moteur à eau en est à ses balbutiements faute de recherches suffisantes...pour l'adapter en série à des véhicules modernes!
5000 physyciens...on rêve !

Les jeunes, aussi futiles qu'on veuille bien le croire, ont des réactions parfois "instinctives" dont on ferait bien de s'inspirer.