L'agriculture biologique au service de l'eau
Une délégation provençale à Munich : l'agriculture biologique au service de l'eau.
Les 10 et 11 octobre, une délégation d'élus et de responsables administratifs de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur s'est rendue à Munich pour étudier l'expérience de la ville en gestion de l'eau potable. Un programme novateur permet de maintenir une eau de qualité irréprochable, sans aucun traitement.

Les 2 clés du programme : une gestion forestière durable et une incitation forte à l'agriculture biologique
L'engagement de la ville ne date pas d'aujourd'hui. Depuis le début du XXème siècle, la Stadtwerke münchen (service municipal des eaux) rachète les terrains entourant la zone de réserve d'eau distribuée à Munich, pour les reboiser ou les donner en fermage dans des conditions strictes d'exploitation. Malgré ces mesures prévoyantes, les concentrations en nitrates et pesticides augmentent régulièrement à partir des années 60, avec l'intensification de l'agriculture. En 1992, Munich décide de mettre en place un programme de protection de l'eau plus ambitieux : à la gestion durable des terres boisées s'associe une incitation forte à l'agriculture biologique.
En échange d'une aide financière importante, les producteurs respectent le règlement européen de l'agriculture biologique, et d'autres mesures plus strictes. Les produits biologiques de la zone sont en partie commercialisés à Munich.

Les résultats : une eau pure et non traitée au robinet
La mise en place du programme a permis la conversion de nombreux producteurs à l'agriculture biologique. Aujourd'hui, 108 agriculteurs biologiques, sous contrat avec la Stadtwerke, cultivent 1985 ha sur la zone de captage du bassin versant.

Depuis 1992, les concentrations de l'eau en nitrates et en pesticides ont nettement chuté. Elles sont largement en-dessous des limites légales. Ainsi, l'eau de Munich ne subit aucun traitement de la source au robinet. La prévention par l’agriculture biologique revient à moins d'un centime d’€ par mètre cube d’eau, alors que le coût de dépollution d’une eau à plus de 50 mg de nitrates par litre et contaminée par les pesticides est de 23 centimes d'€ par mètre cube.
Il vaut donc mieux prévenir que guérir ! La découverte de cette expérience devrait donner lieu à des initiatives alliant agriculture biologique et préservation de l'eau en région PACA.

COMPTE-RENDU COMPLET ICI
Si vous n'arrivez pas à télécharger, écrivez-nous et nous vous enverrons ce compte-rendu par email

Contact :
Nathalie SIMONET
Chargée des relations presse - Bio de Provence-Alpes-Côte d'Azur
Tel : 04 90 84 03 34 -
Mail : nathalie.simonet@bio-provence.org

L'huile végétale pure comme carburant
L'Assemblée nationale a décidé mardi 11/10/05 d'élargir l'utilisation de l'huile végétale pure comme carburant. Lors de l'examen du projet de loi d'orientation agricole, les députés ont approuvé un amendement autorisant cet usage aux "exploitants ayant produit les plantes dont l'huile est issue".

Le texte initial autorisait l'utilisation "en auto-consommation" de l'huile végétale pure comme carburant, "à titre expérimental jusqu'au 31 décembre 2007".


Tracteur roulant à l'huile de colza
Crédit: France2

On entend par huile végétale pure, l'huile brute ou raffinée, produite à partir de plantes oléagineuses (colza, tournesol, par exemple) sans modification chimique par pression, extraction ou procédés comparables".

L'examen du projet de loi, que le gouvernement souhaite voir définitivement adopté avant l'entrée en application de la réforme de la Politique agricole commune (PAC) le 1er janvier 2006, doit durer jusqu'à lundi prochain.

Au cinquième jour des débats, mardi, les députés ont adopté une série de mesures de soutien aux biocarburants et de préservation de l'environnement, comme l'interdiction des sacs en plastique non biodégradables, avec pour objectif de rendre l'agriculture "écologiquement responsable".

Ils ont ainsi approuvé à une large majorité, et avec l'appui du gouvernement, un amendement de la commission des Affaires économiques portant la part des biocarburants et des autres carburants renouvelables "à 5,75% au 31 décembre 2008, à 7% au 31 décembre 2010 et à 10% au 31 décembre 2015".

Cet amendement reprend dans un texte législatif les dispositions annoncées par le Premier ministre Dominique de Villepin, lors de son discours sur l'agriculture le 13 septembre à Rennes.

Les députés ont également décidé d'appliquer "une fiscalité incitative" sur les biocarburants pour tenir compte de "leurs avantages économiques et environnementaux" et de "la différence entre leurs coûts de production et le coût de production des carburants fossiles".

"Nos compatriotes attendent des signes clairs sur le respect de l'environnement par les exploitants", a souligné le ministre de l'Agriculture Dominique Bussereau au cours du débat.

"Le développement des bioénergies répond à notre préoccupation pour l'environnement tout en offrant des perspectives d'avenir pour la protection agricole", a fait valoir le ministre.

Voir l'article

Le protocole à la maison
Avec le programme Kyot’Home, Econologie.com passe à la pratique! Votre objectif sera, grâce à l'aide d'un petit programme de notre conception, d'analyser, d'estimer vos émission et de réduire, le cas échéant, vos consommations d’énergies, afin de faire baisser vos emissions suffisamment pour que votre maison devienne une "Kyot’Home" ( bien qu'il soit possible que votre logement soit deja dans les limites de Kyoto ).

Une "Kyot’Home" ( terme créé par Julien Lefebvre et Christophe Martz ) est une maison où chaque habitant émet 8% de gaz à effet de serre de moins qu’en 1990, conformément aux engagements pris par l’Union à Kyoto.

Nous espérons que cette démarche vous plaira et nous permettra de faire ensemble un petit effort pour l’environnement...ceci de manière "éconologique" !

Pour toute question, vous pouvez utiliser le forum, cliquez ici

Cliquez ici pour plus de détails

L'arctique n'aura bientôt plus de banquise en été
Cela fait 4 années consécutives que la banquise atteint des records en terme de perte de superficie.
Selon des observations effectuées par des scientifiques américains de la NASA et du centre national américain de données sur la neige et la glace (NSIDC - National Snow and Ice Data Center), le 21 septembre 2005, la banquise ne représentait plus que 5,32 millions de km², soit la plus faible superficie jamais mesurée par les satellites. En 1978, lors des premières observations par satellite, la banquise couvrait 7,5 millions de km²... Ce qui représente une perte.


perte de superficie de la banquise arctique
crédit : NSIDC

"Etant donné le bas niveau record des glaces cette année à l'approche de la fin septembre, 2005 va presque certainement surpasser 2002 pour la plus faible superficie de glace dans l'Arctique depuis plus d'un siècle (...) A ce rythme, l'Arctique n'aura plus de glace pendant la saison d'été bien avant la fin de ce siècle.", a déclaré Julienne Stroeve du NSIDC.

Cet été, le passage du Nord-Ouest dans l'Arctique canadien entre l'Europe et l'Asie était complètement navigable, à l'exception d'une bande de 90 km où flottaient des blocs de glace. La route du Nord-Est, au nord de la côte sibérienne, était totalement dépourvue de glace du 15 août au 28 septembre. C'est à la fin de l'été, en septembre que la zone gelée de l'océan arctique est la plus réduite .

La température en Arctique a augmenté de 2 à 3°C.
D'après les scientifiques du NSDIC, la banquise arctique se réduisait d'environ 8% tous les dix ans. Un phénomène inquiétant qui s'amplifie et semblerait devenir durable puisque ces quatre dernières années, la formation de glace durant l'hiver a été de 20% inférieure à la période 1978-2000, et que la température moyenne à la surface de l'océan Arctique était, entre janvier et août 2005, de 2 à 3 degrés Celsius plus élevée qu'au cours des cinquante dernières années.

Le niveau des océans ne sera pas affecté.
Lorsque la banquise fond, le niveau de l'eau n'augmente pas pour autant puisque le passage de l'état solide à l'état liquide de l'eau n'induit pas une augmentation du volume d'eau. C'est la fonte des glaciers terrestres qui contribue à l'élévation du niveau des océans. Il n'y a donc pas, ici, d'élévation possible du niveau des océans.
Cependant, en perdant de sa superficie, la banquise contribue à se réchauffer davantage car son pouvoir réfléchissant (mesuré via l'albédo) diminue significativement. Ainsi, l'océan arctique absorbe d'autant plus le rayonnement solaire qui freine notamment la constitution des glaces en hiver.

Le réchauffement climatique en cause ?
Ces chercheurs estiment que le réchauffement climatique de la Terre induit notamment par les rejets massifs de gaz à effet de serre par les sociétés humaines est le principal responsable de cette perte importante de superficie. D’autres climatologues invoquent l’oscillation Arctique, un cycle météorologique à grande échelle lié à des variations de pressions atmosphériques qui pourrait aussi jouer un rôle important.

Pour mieux suivre et comprendre ce phénomène, L'Agence Spatiale Européenne procédera au lancement le samedi 8 octobre prochain du satellite Cryosat par un Rockot du Cosmodrome de Plessetsk (Russie). Cryosat mesurera les glaces polaires avec une précision jusqu’ici inégalée.
A l’aide de deux antennes radar, le satellite pourra non seulement déterminer l’étendue des calottes polaires, mais aussi leur épaisseur exacte. En outre, les données radar du satellite contribueront à expliquer le lien entre fonte des glaces polaires (c'est à dire des calottes glaciaires sur les terres) et élévation du niveau des mers.

Auteur: Christophe Magdelaine, www.notre-planete.info

La Numérologie du Bonheur au service de l’ Etre
“ Une relation d’Aide et d’Information et non de substitution à la prise de décision “. Quand JUNG estimait sur la dernière page de son ouvrage : “ L’Homme et ses Symboles “ que la Science des Nombres était pour l’avenir, le domaine de recherche le plus fécond, on ne peut qu’être en accord avec lui.
Toutefois, dans ce domaine, la vigilance est de rigueur car avec les nombres il est facile de dire tout et son contraire ! Gare à la manipulation et à l’auto-manipulation dont sont parfois victimes les praticiens eux-mêmes !

Ici, comme dans tous les domaines des Sciences humaines, l’Intention et l’Ouverture de Conscience du Thérapeute sont des éléments déterminants. Tenir un tel outil entre ses mains peut soigner, guérir mais aussi blesser cruellement, “ Science sans conscience...”
Par facilité, et c’est fort préjudiciable, beaucoup ont été tenté de changer la Numérologie ( logos = connaissance ) en Numéromancie ( divinatoire ).

L’homme se positionne dans sa Vie par ses choix, même s’ils sont parfois difficiles à faire. Mais si quelqu’un fait un choix à sa place, il lui délègue son pouvoir et il n’avance plus.
Le numérologue tel que je le conçois replace la personne dans le contexte général de sa vie, il l’aide à trouver les éléments qui lui permettent de faire face à ses choix, en harmonie avec son Libre-Arbitre et Libre-Déterminisme. Celui qui règle les problèmes de son PASSE est bien dans son PRESENT et ne s’inquiète plus de son FUTUR. Pour régler les problèmes du PASSE, il faut remonter aux CAUSES qui produisent les mêmes EFFETS tant que ces causes ne sont pas connues, reconnues et enfin éradiquées. La connaissance de ces causes va permettre à la personne de Déculpabiliser, d’aller vers le Pardon à son entourage et à...elle-même et enfin elle s’AUTORISERA à écouter son ENFANT INTERIEUR. Surtout ne jamais RENIER son Passé car c’est la “ meilleure “ manière de se RENIER soi-même et comme nous sommes notre pire juge, les dégats pourraient alors être considérables quant à l’Auto-Dévaluation...
Cette reconnaissance du Passé et cette redécouverte de l’Enfant intérieur permettra d’Irriguer son Cerveau droit, créera un rééquilibrage entre le Donner et le Recevoir et améliorera également les équilibres entre les Energies Cosmiques et les Energies Telluriques. Souvent l’Etre croit qu’il “ s”est égaré “, en fait il “ s”était garé “ en attendant de comprendre avant de reprendre son chemin.

Cette Numérologie est possible, elle permet de voir comment l’enfant d’alors a mémorisé toute sa période d’enfance et son environnement, mémorisation consciente et/ou inconsciente. Les peurs, angoisses, migraines, éruptions cutanées, blocages ou difficultés de communication, problèmes d’hypersensibilté, d’allergies, de vertèbres, de surcharge pondérale, d’adducteurs, de pubalgie, de varices, de phlébites sont entre autres inscrits et l’accès à ces informations en “ Lecture Directe “ prend 5 minutes. Les expliquer à notre interlocuteur sera bien plus long... Ces explications fourniront son décodeur à la personne qui pourra alors regarder sa VIE en clair... ne plus être en REACTION à une éducation mais enfin dans l’ACTION d’elle même.

La finalité de cette approche ? “ Deviens ce que tu es ! “

Jean Claude IMBERT
Numérologue Holistique et Humaniste
Consultations et Formations
Tél : 04-78-06-35-05
Site : www.francenumerologie.net

Jean Claude IMBERT
Numérologue Holistique et Humaniste
Consultations et Formations
Site : www.francenumerologie.net
Tél : 04-78-06-35-05

Le puit canadien ou provençal
Découvrez le puit canadien, un système méconnu qui peut réduire la température de 5 à 8°C dans votre maison les jours de canicule pour une consommation électrique dérisoire. Il diminue également la consommation de chauffage l'hiver ...

Voir en fin de page la réaction d'un de nos lecteurs, ainsi que la réponse d'"Econologie.com" à ce sujet.

L'humain et la température
L'être humain se sent bien entre 18 et 25°. Il dépense énormément d'énergie pour maintenir la température dans cette marge, sans toutefois toujours y parvenir. En hiver nous chauffons, en été nous climatisons.
Le puits canadien est un système qui se sert de l'inertie thermique du sol pour égaliser ces variations thermiques.

Notions de base
La législation impose une VMC (ventilation motorisée) pour éviter l'humidité dans votre maison.
La température du sol à 2 m de profondeur est d'environ 17° en été et 4° l’hiver.
L'air chaud stocke plus d'humidité que le même volume d'air froid et vice versa.
Le puits canadien est un système qui se sert de l'inertie thermique du sol .

Principe du puit canadien
En enfouissant une gaine d'aspiration d'air d'une longueur et d'un diamètre suffisant à cette profondeur, quelque soit la température extérieure, au bout de la gaine elle avoisinera les 12° en été et environ 6° en hiver.
En hiver l'air froid extérieur, se réchauffant devient donc relativement plus sec. Il arrive dans la maison à 6° et vous ne dépensez de l'énergie que pour le réchauffer à 20°.
En été, lorsqu'il fait chaud et humide à l'extérieur, l'air chaud saturé en humidité condensera dans la gaine pour venir ensuite rafraîchir la maison.

Inconvénients de la VMC
La VMC sert à rejeter de l'air chaud (et toute l'énergie contenue) à l'extérieur. On peut supposer qu'elle arrange EDF et la branche pétrolière.
Tout rejet d'air vicié à l'extérieur implique le remplacement de cet air par de l'air venant de l'extérieur. A cette fin, on ménage des ouverture artificielles (les ouies d'aspiration dans les cadres de fenêtres) qui permette l'aspiration d'air frais. Toutes ces ouverture sont autant de ponts thermiques.
En été on réchauffe ainsi la maison artificiellement. En hiver on chauffe inutilement le quartier, puisque l'air venant de l'extérieur doit être chauffé de -5° à 20°. Le puits canadien économise de l'énergie en hiver et rafraîchit la maison en été.

Fonctionnement du puit canadien
Il y a des problèmes, et des limites d’utilisation, bien sûr.
En principe, il ne faut pas que le volume d’air qui traverse le sol soit pulsé trop rapidement (max. 3m/s) ni qu’il soit trop important. Dans ce cas, il ne se réchaufferait pas suffisamment.
Pour cette raison, le rapport entre le volume d’air et la surface d’échange du tube ( qui le contient) avec le sol ne doit pas être supérieur à 6.
Soit, après calcul et simplifications, une formule générale donnant rayon < 12 cm. Le diamètre maximum d'un tube de puit canadien doit donc etre de 24 cm.

Application :
Prenons un tube de 20 cm de diamètre sur 20 m de long. Une vitesse de 3 m/s donnera théoriquement 340 m3/h environ. La réalité est plus proche de 220 m3/h ( pertes de charge ).
Or, d’après EDF et les chauffagistes, il faut prévoir un renouvellement total du volume d’air d’une maison, par heure. Donc à plein rendement, notre puits canadien ne pourrait pas approvisionner une maison de plus de 340m3 soit 126m2.
Un renouvellement total toutes les heures nous semble bien exagéré, sauf pour les petites maisons surchauffées et "sur-habitées".
En fait une maison bien conçue, et au volume normal 30m2 par habitant peut ne renouveler son air que toutes les 8 heures.

L’utilisation d’un puits canadien de 20 m de long, 20 cm de diamètre à une vitesse de 2m/s, fonctionnant en permanence toute l’année avec une vitesse plus faible, donc un échange thermique avec le sol supérieur, permettra de conditionner une maison de 120 m2 ( 324 m3 ) bien isolée avec une renouvellement d’air environ toutes les 3 heures ( ceci semble réaliste et raisonnable. ).
Le puits canadien permet, en outre, de maintenir hors gel, les résidences secondaires inoccupées en hiver.

Conseils pratiques
1) Si le volume d’air fourni par le puits est insuffisant, maison trop grande ou trop étendue de plein-pied, il vaut mieux creuser un second puits, ailleurs, que doubler l’existant.
2) Il faut de l’électricité: pour le ventilateur/circulateur. (20 à 35 w par heure de fonctionnement).
3) Toujours prévoir 1.5 mètres de sol au minimum de part et d’autre du puits canadien.
4) Le tuyau doit être lisse à l’intérieur, des rugosités créeraient des turbulences et l’échange ne serait pas optimum. Optez pour un tuyau PVC lisse. Le béton est un mauvais conducteur dû à l’épaisseur des parois, à l’enrobage de sable et l’étanchéité sera difficilement réalisable (Attention au Radon). Suivant la nature du sol, la longueur du tuyau doit être augmentée (voir courbes)
5) Le tuyau ne doit pas dépasser 20 cm de diamètre (voir courbes) ; une section plus importante créera un flux au centre du tuyau qui ne touchera pas les parois, donc encore un mauvais échange.
6) L’entrée peut être protégée par un filtre. Dans tous les cas, veillez à mettre une grille pour empêcher que des rongeurs y pénètrent.
7) Veillez à avoir une pente de 2 à 3 % pour l’évacuation de l’eau de condensation et protéger ainsi votre ventilateur. L’évacuation des condensats, ce fera à l’aide d’un siphon placé à l’intérieur de la maison. Si vous souhaitez éviter l’installation d’un écoulement pour le siphon, vous pouvez laisser une partie en terre sous celui-ci et l’évacuation de l’eau se fera par infiltration dans le sol.
8) Faites calculer la puissance de votre ventilateur en fonction des pertes de charge et du volume réel de votre maison. Les spécialistes de l’air ou de la climatisation sont équipés de logiciels. Boucher les entrées d’air au-dessus des fenêtres.
9) Une VMC (Ventilation Mécanique Contrôlée) assurera le renouvellement de l’air dans votre maison. Le débit de la VMC doit être légèrement inférieur au débit du puits canadien
10) Lorsque la température extérieure est entre 10 et 24°, vous ne souhaitez pas forcément rafraîchir votre maison. Dans ce cas, vous pouvez soit envoyer l’air du puits canadien dans la cave en enlevant le bouchon sur la sortie du ventilateur ou l’idéal serait d’avoir une entrée supplémentaire et puiser l’air directement sans passer par le puits. Votre maison sera ainsi ventilée toute l’année. En installant un clapet motorisé et une sonde de température, vous aurez une solution entièrement automatisée. Car en aucun cas vous devez couper le ventilateur sur une période trop longue, des champignons et parasites pourraient se développer dans le tuyau.

Avertissement : Radon et puit canadien. Le radon est un gaz radioactif d'origine naturelle. Il provient de la désintégration de l'uranium et du radium présents dans la croûte terrestre. Il est présent partout à la surface de la planète et provient surtout des sous-sols granitiques et volcaniques ainsi que de certains matériaux de construction. Le radon est un des agents du cancer du poumon, toutefois bien loin derrière le tabac. Le radon peut s'accumuler dans les espaces clos, et notamment dans les maisons. Les moyens pour diminuer les concentrations de radon dans les maisons sont simples: - aérer et ventiler les maisons, les sous-sols et les vides sanitaires; - améliorer l'étanchéité des murs et des planchers. Dans les 31 départements les plus concernés , les autorités locales doivent faire procéder à un dépistage de ce gaz radioactif dans certains lieux ouverts au public pour des séjours prolongés (en particulier, les établissements d'enseignement et les établissements sanitaires et sociaux). Allier, Ariège, Hautes-Alpes, Ardèche, Aveyron, Calvados, Cantal, Corrèze, Corse du Sud, Haute-Corse, Côtes-d'Armor, Creuse, Doubs, Finistère, Indre, Loire, Haute-Loire, Lozère, Haute-Marne, Morbihan, Nièvre, Puy-de-Dôme, Hautes-Pyrénées, Rhône, Saône-et-Loire, Savoie, Haute-Saône, Deux-Sèvres, Haute-Vienne, Vosges, Territoire de Belfort Dans une habitation particulière, le dépistage du radon peut être fait à l'initiative de l'occupant. Il peut le réaliser lui-même, en se procurant un dosimètre auprès de l’une des sociétés qui les commercialise, ou faire appel à un professionnel. Le Radon peut être insufflé dans la maison à l’aide du puits canadien si le tuyau amenant l’air depuis l’extérieur n’est pas étanche

Source d'inspiration : Bruno Herzog, voir son site

Réaction d'un de nos lecteurs24/10/05
Bonjour,
Je viens de lire l'article sur le puit canadien. Vous conseillez un tuyau en PVC, ce qui est une grave erreur. Ce produit émet différents gaz dont le plus connu est le formaldéhyde. L'aspiration d'un air extérieur passant par un tuyau en PVC est une aberration écologique. Par ce procédé vous ramenez dans la maison des polluants cancérigènes.
Traditionnellement, on utilisait de la terre cuite qui permet d'éviter la condensation par sa porosité. Actuellement, il existe toujours des tuyaux en terre ou en grès, avec joint torique qui accepte un certain jeu en raison des mouvements du sol. Quitte à utiliser du plastique, seul le PET ou similaire sont sans risque (officiellement).
Pour info, l'Allemagne est en train d'étudier l'interdiction d'utilisation du PVC dans les constructions neuves.
Cordialement,

Claude WALTERSPILER
Le Bio-Monde sarl
Le Cordestieux
24580 Plazac
33 (0)5 53 51 57 14


La réponse de Christophe Martz, du site www.econologie.com 24/10/05:
Merci de vos précisions, je vais corriger l'article ( je me suis en fait, bcp inspiré du site herzog en lui faisant complete confiance..j'ai eu tort apparemment )

La cure de raisin, les monodiètes, le jeûne et leurs bienfaits
Qu’est ce qu’une monodiète
On appelle monodiète le fait de ne s’alimenter que d’un seul type d’aliment au cours d’un repas ou d’une ou plusieurs journées. Il s’agit en général de monodiètes de végétaux : fruits, légumes, ou céréales.

Les cures saisonnières et monodiètes représentent l'équivalent des bénéfices que pourrait apporter le jeûne, mais très en... douceur !

A notre époque, hélas, rares sont les personnes disposées à jeûner, bien que nous pouvons noter une demande croissante de la part des gens en recherche de mieux-être physique et psychique.

Nous savons aussi que le jeûne véritable, au-delà de 24 heures à trois jours, peut mobili­ser tant de déchets métaboliques et générer tant de « crises curatives » - parfois spectaculaires - qu'il est sage de le pratiquer dans un cadre approprié, et accompagné par un praticien rompu à ces méthodes.

C’est pourquoi il est plus facile de faire une cure ou monodiète, car elle agit en souplesse. Peu de réactions à crain­dre donc, en respectant bien les limites conseillées pour chaque cure. Les changements de saison accueillent parfaite­ment ce type de « grand nettoyage de printemps », aussi utile après les fêtes hivernales que celles de l'été.

Toute difficulté de pratique ou réaction difficile à gérer doit impérativement vous faire consulter.

Authentiquement préventives et curatives elles s’appliquent à chacun.

Pourquoi faire une monodiète ?

Du fait de l’abondance de nourriture, souvent trop riche et du manque d’exercice physique quotidien, notre corps stocke les calories en trop qu’il n’arrive pas à brûler, sous forme de graisses. De plus, à cause de cet encrassement il lui devient impossible de régénérer ses cellules de façon efficace, et d’éliminer les toxines emmagasinées issues de la pollution, des additifs alimentaires, du stress…

Tout cela pèse sur nous, nous rend plus facilement malade, fatigué en sous vitalité. Aussi il paraît judicieux de réintroduire volontairement un temps de réduction calorique qui permet à l’organisme de brûler les réserves de graisse, de renouveler les cellules, et d’éliminer les toxines.

Dans l’ordre, le corps élimine d’abord tout ce qui lui pèse, puis ce dont il n’a pas besoin, puis ce qui le dérange et enfin tout ce qui le rend malade.

C’est une cure de rajeunissement pour tout notre corps.

L’intérêt de ces cures saisonnières et monodiètes

· Mise au repos du système digestif car les végétaux consommés en monodiète ne demandent aucun effort de digestion

· Economie d’énergie nerveuse, glandulaire et mécanique. Il faut en effet savoir que notre corps utilise 1/3 de son énergie pour la digestion quotidienne des repas. Lorsque ceux-ci sont réduits à un seul type d’aliment, très pauvre en protéines en plus, le travail est monde pour le corps.

· Assainissement du bol alimentaire car les végétaux très riches en fibres, et sels minéraux ont un effet nettoyant et drainant à la manière d’une pelote de laine qui descendrait tout notre tube digestif.

· Purification du tube digestif dans son ensemble

· Accompagnement des fonctions d’élimination par les fruits ou légumes utilisés

· Soulagement des fonctions hépatiques et rénales car ces cures sont pauvres en graisses, en protéines et en sels, et de part leur richesse en fibres elles facilitent l’élimination du mauvais cholestérol

· Régularisation du transit intestinal

· Régénération des tissus et des fonctions perturbées en cas de monodiètes plus longues, assimilable en efficacité à de véritables jeûnes.

L’intérêt de l’exercice physique associé à une monodiète

Notre organisme est conçu pour accomplir des efforts physiques, or notre vie sédentaire ne nous le permet plus de la même façon que nos grands parents.

Rappelons qu’une activité physique active la circulation sanguine, oxygène le corps, fortifie le cœur, les poumons et les muscles, augmente l’amplitude de la respiration….

C’est pourquoi dans une recherche de santé authentique il est agréable et intéressant d’associer par exemple la marche et la monodiète.

Résumé des bienfaits de plusieurs types de monodiète

POMMES DOUCES et COMPOTE

Anti-rhumatismale, diurétique, laxative douce, tonique musculaire, hypocholestérolémiante, protecteur gastrique et antiseptique intestinal

Aucune contre-indication

RIZ, SARRASIN, ORGE, MILLET

Confortable pour les frileux, nerveux, actifs. Elle tonifie, « yanguise », désacidifie : rhumatisants et arthritiques. Idéale en hiver, bien mastiquer

Aucune contre-indication

SOUPE et BOUILLONS DE LEGUMES

Cure polyvalente, réchauffante, désintoxication douce. Comparable à la cure de pommes cuites pour ceux qui préfèrent le salé au sucré.

Aucune contre-indication

Cure de RAISINS

ou cure uvale

Associe plaisir et purification. Grand nettoyage d’automne. Sollicite tous les émonctoires : peau, rein, foie, intestins.

Elle est rajeunissante.

Contre-indication : le diabète insulino-dépendant

Acheter notre pur jus de raisin ICI

La cure de raisin ou cure uvale d’automne

1. Qu’est ce que c’est

C’est une cure de nettoyage de tout l’organisme, basée sur le raisin.

Il s’agit de ne consommer que du raisin tout au long de la journée à raison de 1 à 3 kg par jour.

Cette cure peut se pratiquer de un jour à plusieurs semaines.

2. Ses lointaines origines

Les vertus du raisin étaient mentionnées dès l’antiquité notamment par Dioscoride, Pline et Galien. Mais il fallut attendre le 18ème siècle pour qu’un médecin la recommande spécifiquement.

La cure de raisin connut une vogue extraordinaire entre 1840 et 1935, avec une bonne vingtaine de livres ou brochures publiés. Entre les deux guerres une Fédération des stations uvales regroupant 13 villes de France fût crée : Avignon, Béziers, Colmar, Fontainebleau, Lamalou-les-Bains, le Thor, Moissac, Montpellier, Nîmes, Prayssac, Port-Sainte-Marie, Tarascon et Tours.

La cure de raisin eût même la bénédiction de l’Académie de Médecine (bulletin du 14/3/1933 du Professeur Marcel Labbé : « L’an dernier, un effort a été fait pour organiser en diverses provinces des cures uvales. Je ne sais si celles-ci ont été très suivies, mais elles méritent de l’être et l’Académie peut les recommander, car elles représentent une cure très efficace contre diverses maladies : la constipation, certaines diarrhées, les congestions hépatiques, la lithiase biliaire, la goutte, bien des affections de la peau, et en général tous les états pathologiques groupés sous le vocable regrettable mais très répandu d’arthritisme. »

Acheter notre pur jus de raisin ICI

3. Ses effets sont ceux d’une cure de remise en forme

« Super forme, tonus extraordinaire, dynamisme, euphorie, bien-être », ces mots reviennent souvent à la bouche de ceux qui ont suivi cette cure.

90% des personnes qui avant la cure se plaignaient de fatigue ont constaté une amélioration souvent spectaculaire de leur état; amélioration d’autant plus nette que la cure est plus longue.

Revitalisation du corps et de l’esprit : dynamisme, légèreté clarté d’esprit et de teint.

Constipation : 70% d’amélioration du transit pendant et après la cure, 77% pour les autres troubles digestifs et intestinaux tels coliques, gaz, ballonnements, diarrhées et lourdeurs d’estomac.

Insomnies : l’amélioration du sommeil se poursuit bien au delà de la cure

Problèmes de peau : la peau fait partie des 4 voies d’élimination avec les selles, les urines et la respiration. Après la cure 80% des personnes acquièrent au bout de quelque temps un teint resplendissant.

Fatigue, nervosité et irritabilité : sont les désagréments les plus améliorés par la cure à hauteur de 90% de résultats !

Autres petits problèmes : la cure de raisin élimine ou réduit l’intensité des maux comme les bourdonnement d’oreilles, le nez bouché, le mal de tête, les yeux qui pleurent.

Des sens aiguisés : l’odorat et le goût, ainsi que parfois la vue et l’ouïe se trouvent améliorés à l’issue de la cure. La saveur des aliments s’en trouve renforcée agréablement.

La perte de poids : les personnes ayant un net excès de poids avant la cure perdent en moyenne 3kg par semaine, ensuite cela dépend de la quantité de raisin consommée, de l’exercice physique pratiqué et du métabolisme de chacun.

Rares sont les personnes qui consomment plus de 2 kg de raisin par jour, ce qui correspond à environ la moitié des besoins d’un adulte ayant une activité physique faible.

4. La cure de raisin comme thérapeutique

C’est au niveau des organes de la digestion que la cure de raisin donne les résultats les plus spectaculaires.

Mais au XIXe siècle, elle était aussi préconisée contre les infections urinaires, les néphrites, les cystites et les coliques.

Par ailleurs la cure de raisin permet de faire baisser le taux de cholestérol sanguin.

Concernant l’arthritisme et les rhumatismes, plusieurs cures sont nécessaires pour parvenir à un résultat.

Drainante du foie cette cure est aussi une bonne prévention des hémorroïdes.

5. Contre-indications à la monodiète de raisin

Seules les personnes atteintes d’un diabète insulino dépendant (diabète maigre) ne peuvent pas suivre cette cure qui est trop riche en sucres rapides pour eux.

6. Pratique de la cure de raisin

Le choix du type de raisin est important. Bien sûr il sera choisi de qualité biologique car à se nourrir d’un seul aliment il doit être le plus sain possible. A défaut il sera lavé très soigneusement dans plusieurs eaux.

Les variétés recommandées sont le chasselas (blanc) en raison de la finesse de sa peau et de sa teneur en sucre équilibrée, en alternance avec le muscat(blanc ou noir).

Par contre les raisins à peau épaisse comme l’italia sont déconseillés tout comme l’Alphonse –Lavallée.

On veillera à ce que le raisin soit bien mûr.

On avalera la peau et les pépins. On pourra aussi en mâcher quelques uns (surtout du raisin noir) riches en anti-oxydants.

Le meilleur rythme est d’un « repas » toutes les deux ou trois heures.

La quantité varie de un à deux kilos par jour, parfois trois.

Il est recommandé de faire un lavement intestinal chaque jour durant la cure afin de faciliter l’élimination des raisins et des toxines libérées. Il permet de soulager les éventuels maux de tête. On peut aussi commencer la cure par une purge qui videra les intestins.

Si vous en avez le courage jeûnez pendant les 2 jours précédents la cure pour en accentuer l’effet, et surtout prenez cette expérience comme une aventure et non une corvée.

On peut continuer à travailler pendant la cure, mais il est souhaitable de s’adonner à des activités de loisir de créativité ou de détente, qui permettent de profiter pleinement des effets de la cure.

Si vous ne vous sentez pas assez fort pour la suivre seul, faites la dans le cadre d’un groupe comme ceux que nous encadrons.


Acheter notre pur jus de raisin ICI

7. Pratique de la reprise alimentaire

Comme pour un jeûne, il faut soigner la reprise alimentaire sous peine de perdre les effets de la cure et d’avoir éventuellement des ennuis : mal de entre, accès de fièvre, crise de foie …

Cette reprise doit durer environ la moitié de la durée de la cure.

Il faut commencer par introduire du végétal sous forme de fruits et de légumes crus ou cuits. Puis des produits laitiers à digestion facile (yaourt, fromage blanc), de petites quantités de céréales et de poisson à partir du 3e jour. La viande et les autres protéines seront réintroduites en dernier.

8. Comment agit le raisin

En réalité le mode d’action du raisin demeure un peu une énigme.

On peut noter son extraordinaire richesse en sucre (de 16 à 18%), supérieur à l’abricot, la poire, la pêche, la pomme ou la fraise. Mais cette cure ne provoque pas d’hyperglycémie, ni anémie au contraire car le taux de ferritine (mesure du niveau des réserves en fer de l’organisme) est plus élevé après la cure.

Comme la plupart des fruits le raisin contient très peu de protéines et de matières grasses, mais il est riche en minéraux et en vitamines.

Son secret provient peut-être de ses acides organiques, tanins, antocyanes, flavones et autres. En fait très peu de personnes ont cherché à comprendre pourquoi cette cure donne tant de résultats.

Alors Bonne Cure ! !

Le jeûne

De nos jours de plus en plus de personnes sont en recherche d’un mieux être physique et psychique, et le jeûne s’inscrit pleinement dans cette démarche. Si on associe le jeûne et la marche, alors la détoxination du corps se fait plus en profondeur, et apporte un regain de vitalité et une vision plus claire de la vie.

Qu’est ce que le jeûne ?

Vous le savez c’est une abstinence de nourriture, pendant un temps relativement long, dès qu’il se passe 24 heures on est déjà en jeûne ; avant on parle de sauter un repas ou deux, ce n’est pas vraiment du jeûne. La durée maximale du jeûne n’est pas fixe puisque on parle historiquement assez souvent de jeûne de 40 jours.

Interrogeons nous sur notre rythme de vie qui est de manger le jour et de jeûner la nuit. Lorsque nous mangeons tard le soir l’appétit au petit déjeuner n’est pas au rendez-vous c’est un signe que le jeûne nocturne n’a pas pris fin (ou faim !) et peut se poursuivre. En anglais le mot « breakfast » signifie comme le mot français « déjeuner » rompre le jeûne.

La nuit chaque personne en dormant s’occupe d’elle-même au calme, au chaud et en confiance ; ce sont là les principes nécessaires à la réussite de tout jeûne.

Donc jeûner c’est s’abstenir de manger, parfois même de boire, on parle alors de jeûne sec, et bien sûr là cela ne dure pas 40 jours. C’est donc une méthode de purification importante, qui par un procédé encore un peu mystérieux pour certains, va permettre au corps de mobiliser des énergies neuves, pour refaire des tissus, éliminer des surcharges, et présider à ce phénomène qui nous est cher en naturopathie qui est l’auto-guérison, stimuler en quelque sorte cette intelligence cellulaire, intelligence biologique, qui va gérer au mieux notre santé, bien mieux que ne le ferait notre raison, notre intellect.

Origine du jeûne

On sait que le jeûne dans l’histoire a été pratiqué d’Orient en Occident dans toutes les grandes sociétés traditionnelles, et qu’il est très régulièrement associé à des rites, car il y a une magie du jeûne comme il y a une magie de la purification : des jeûnes précèdent des intronisations, des adoubements de chevalerie, des initiations tibétaines, indiennes, égyptiennes bien sûr, celtes, mayas, on retrouve des traces bibliques évidentes et aussi dans la pensée indienne, …donc l’histoire ne manque pas de témoignages.

L’histoire du peuple Hounzas, citée entre autres par la Doctoresse Kousmine et le Dr Lützner, est exemplaire. Ce peuple des hautes vallées de l’Himalaya centrale vivant pratiquement isolé du reste du monde, n’avait pas toujours de quoi nourrir ses habitants pendant toute l’année, et en attendant que l’orge soit mûre, il jeûnait pendant des semaines tout en travaillant à ses taches annelles, dans la joie et sans besoin superficiel. Il ne connaissait ni la maladie ni les policiers et la vie quotidienne des Hounzas n’obéissait qu’à des principes naturels. Aujourd’hui la vallée étant devenue accessible, les Hounzas importent des produits raffinés (farine, conserves, sucre) et les maladies caractéristiques du monde civilisé ont fait leur apparition, ainsi que le besoin de policiers.

Pourquoi jeûner ?

Pour les mêmes raisons que les monodiètes.

Rappelons que les enfants malades jeûnent spontanément, laissant leur corps s’auto-restaurer (le mot restauration ne signifiant pas seulement alimentation). De même chez les animaux le jeûne est une méthode de survie programmée par la nature et qui permet de passer certaines périodes sans nourriture. Citons les oiseaux migrateurs qui font leurs longs parcours en jeûnant et en puisant dans leurs réserves de graisse accumulée durant l’été. Les bouquetins, chamois, et cerfs qui ont à lutter contre la neige et le froid, vont aussi accomplir le rut et déployer plus de puissance durant cette période de jeûne.

Le jeûne n’est donc pas synonyme de fatigue chez les animaux, au contraire.

Les 4 règles du jeûne selon le Dr Lützner

· S’abstenir de manger mais boire beaucoup (eau, tisanes, bouillons de légumes, jus de fruits dilués).

· Supprimer tout ce qui n’est pas indispensable et nous nuit : alcool, tabac, sucreries, …

· Se libérer du quotidien : du travail, du téléphone, des nouvelles, des soucis, pour aller à la rencontre de soi-même.

· Se comporter de façon naturelle et faire tout ce qui est bon pour notre organisme : repos, oxygénation, mouvement, lectures, musique…

Les différentes formes de jeûne

Le jeûne le plus communément pratiqué et le plus simple est le jeûne hydrique qui se résume à des boissons sans aucune alimentation solide.

Selon sa durée on parlera de jeûne court ou diététique s’il est inférieur à 7 jours, de jeûne moyen entre 1 et 2 semaines et de jeûne long ou thérapeutique à partir de 3 semaines, mais ce dernier se fait en clinique spécialisée comme en Allemagne par exemple. On estime à 2 millions le nombres d’allemands ayant déjà pratiqué un jeûne, alors qu’il se monte à quelques centaines tout au plus en France.

Le jeûne hydrique Buchinger se fait sur une semaine avec la prise de tisane le matin, du jus de fruit coupé avec de l’eau dans la journée et d’un bouillon clair le soir. C’est celui que nous proposons durant nos stages dans la Drôme.

Le jeûne sec quant à lui n’admet aucune boisson et ne peut se faire plus de 2 ou 3 jours. Il produit un nettoyage en profondeur des cellules et peut se pratiquer à la fin d’un jeûne hydrique.

Un peu dans le même esprit de détoxination du corps citons les monodiètes de saison, comme la cure de raisin de l’automne qui associe plaisir et purification. Grand nettoyage d’automne, elle sollicite tous les organes d’élimination: la peau, les reins, le foie, et les intestins. Elle est aussi rajeunissante.

Les nombreux bienfaits du jeûne

· Une perte de poids : même si les effets d’une semaine de jeûne vont bien au delà d’un simple régime, la perte de poids associée est réelle, allant de 5 à 10% du poids selon le poids de départ, plus pour les hommes et un peu moins pour les femmes. A noter qu’une personne sans surpoids ne perdra que le strict minimum qu’elle reprendra d’ailleurs à l’issue du jeûne.

· Un nettoyage en profondeur : pour éliminer les graisses superflues dues à une suralimentation, les toxines dues au stress et aux pollutions diverses.

· Une régénération : l’énergie digestive non utilisée est réorientée vers la guérison et la cicatrisation

· Une augmentation des défenses immunitaires par une activation des cellules de défense du corps

· Un déconditionnement vis à vis des stimulants artificiels et de certains médicaments

· Une peau neuve en nettoyant l’intérieur de notre corps le jeûne permet de retrouver une peau plus jeune et plus souple

· Une prévention vis à vis de nombreuses maladies et des troubles du vieillissement prématuré ou de la ménopause

· Une stimulation de tous les sens

· Une correction de l’hypertension et du cholestérol après une semaine de jeûne

· Un regain de vitalité à l’issue du jeûne, ce que font les sportifs en préparation aux compétitions (Y. Noah, C. Chabaud, …)

· Une vision plus claire de qui on est et de ce que l’on veut, le jeûne va nous aider à nous recentrer, à aller vers l’essentiel.

· Un lâcher prise face aux stress de la vie

· Un tournant qui aide à prendre des décisions dans les moments charnières de notre vie

Contre-indications au jeûne d’une semaine

Certaines personnes trop affaiblies ne pourraient pas bénéficier des bienfaits du jeûne car leur force vitale est insuffisante, par exemple dans le cas de diabète insulino dépendant, de malades épuisés, dévitalisés, de malades sous médications chimiques lourdes (car l’effet des médicaments est multiplié et leur toxicité devient incontrôlable) et en cas de grossesse.

Jeûner seul ou en groupe

Il est possible de faire un jeûne seul, en suivant par exemple les conseils du Dr Lutzner dans son livre « Comment revivre par le jeûne » et à condition de ne pas être dépressif, ou sans force suite à une maladie, ou trop tendu et stressé, ou sous médication forte. Cela demande de la volonté et du courage mais c’est possible. Ne pas hésiter à se faire soutenir par des gens qui ont déjà jeûné. Vous pouvez jeûner partout où vous vous sentez à l’aise, au calme, dans un endroit serein, sans contrainte, loin du stress, du bruit... En effet ce vide intérieur du jeûne sera comblé par la beauté environnante grâce aux 5 sens mis en éveil.

Ne pas oublier qu’un jeûneur est plus sensible aux perturbations et stress extérieurs.

Acheter notre pur jus de raisin ICI

Salon ARTEMISIA Bio et Bien-être
La 9ème Edition du Salon ARTEMISIA Bio et Bien-être aura lieu les 27, 28 et 29 octobre 2007 à Marseille au Parc Chanot (Hall 3). Artemisia pour sa neuvième édition a choisi le thème "Quelle santé pour demain ?" Pourquoi, dans un salon Bio, parler de santé ? Parce que nous le constatons chaque jour : notre environnement a de plus en plus d’impacts sur notre santé. Habitants des pays industrialisés, nous sommes confrontés à des problèmes de santé nouveaux, plus difficiles à résoudre, malgré toute l’énergie déployée à la recherche de solutions. Le monde scientifique et médical le confirme aujourd’hui : l’état de notre environnement a des conséquences directes sur l’état de notre santé et de celle de nos enfants. La question est planétaire et nous devons réagir ensemble à cette évolution inquiétante. Les tenants de l’agriculture biologique, aussi loin que je m’en souvienne, dans les années 60-70, parlaient déjà de l’importance de la qualité des aliments pour la santé de l’être humain ; aujourd’hui, nous pouvons dire aussi pour la santé de notre planète. Alors oui, cette question doit être posée au sein même du Salon ARTEMISIA, qui, après 9 ans d’existence, tient toujours à garder son rôle de forum où chacun peut venir s’exprimer et chercher des réponses. L’environnement, la santé, l’agriculture biologique, le développement durable ne sont pas des modes. Ce sont même des domaines essentiels qu’il ne faut plus ignorer. Pour nous-mêmes et, surtout, pour nos enfants et nos petits-enfants, de quelle planète voulons-nous ? Il est grand temps de réagir et de se poser les vraies questions. La santé passe par la prévention, par une qualité de vie équilibrée, par une alimentation saine et par une meilleure prise en compte de nos émotions. ARTEMISIA vous accueille cette année afin de partager et d’échanger autour de tous ces thèmes, afin que nous nous donnions les moyens d’une santé plus juste et plus respectueuse de l’environnement et de l’humain. Artemisia, depuis 9 ans est devenu dans le sud, le lieu incontournable où nous rencontrons tout ceux qui veulent s’engager vers un changement profond et durable. Je vous invite cette année à participer à une réflexion autour de l’impact qu’a l’environnement sur notre santé et à vous engager à nos côtés afin que chacun se pose les bonnes questions et qu’il devienne acteur de sa santé. Dominick Léaud-Zachoval Commissaire Général du Salon Naturopathe – Auteur de « La naturopathie au quotidien » (Quintessence 2001) et de «Mieux vivre ses émotions grâce aux élixirs floraux » (Quintessence 2007)
Pollution autour de l'usine SBM de Béziers
REVELATION DU MDRGF : Des polluants organiques toxiques trouvés autour du site incendié de l'usine de formulation de pesticides SBM de Béziers. Le MDRGF révèle le résultat des analyses d'échantillons de terre prélevés à la suite de l'incendie des 26 et 27 juin 2005, en limite extérieure de l'usine de formulation de pesticides SBM à Béziers.
Des pesticides et d'autres polluants chlorés dangereux ont été trouvés, laissant craindre la formation de dioxines pendant l'incendie !

Les analyses ont été effectuées par le laboratoire privé indépendant AnAlytikA (1) , sur des échantillons de terre prélevés à l'extérieur de l'usine SBM à la demande du MDRGF.
Ces résultats sont particulièrement préoccupants puisqu'on été trouvées, entre autres, les molécules suivantes (résultats complets au dos) :

- Iprodione (n° de CAS : 36734197) (pesticide, 2 atomes de chlore dans la molécule) :
Propriétés : cancérigène possible selon l'USEPA - Substance avec évidence potentielle d'effets perturbateurs endocriniens

- procymidone (n° de CAS : 32809168) (pesticide, 2 atomes de chlore dans la molécule) :
cancérigène probable pour l'Homme selon l'USEPA - évidence d'effets de perturbation endocrinienne

- benzenamine,_3,4,5-trichloro- (n° de CAS : 634913) (intermédiaire de fabrication de pesticides, trois atomes de chlore) :
phrases de risques :R23 R24 R25 R33 R50 R53
R23/24/25 toxique par inhalation, contact avec la peau et ingestion
R33 Danger d'effets par accumulation
R50/53 Très toxique pour les organismes aquatiques, peut avoir des impacts négatifs sur l'environnement aquatique sur le long terme.
Classement :
T=Toxique
N = dangereux pour l'environnement

« Ces résultats montrent clairement que des substances chlorées dangereuses, dont des pesticides, étaient présentes sur le site de l'usine SBM. Elles se sont répandues dans l'environnement en dehors de l'usine lors de l'incendie du 26 juin 2005. Certains de ces produits chlorés ont brûlé et ont ainsi sans aucun doute participé à la formation de dioxines pendant l'incendie. » déclare François VEILLERETTE, Président du MDRGF.

Dès le 5 juillet 2005, le MDRGF et le réseau ACAP (2) mettaient en garde contre le risque de dissémination de polluants dangereux, en particulier les dioxines résultants de la combustion des pesticides chlorés présents sur le site industriel incendié. A l'époque, les pouvoirs publics n'avaient indiqué, eux, que la présence de monoxyde de carbone, d'oxydes d'azote, de dioxyde de soufre, d'acide cyanhydrique, d'acide chlorhydrique, d'acide bromhydrique, de disulfure de carbone et de méthiocarbe dans les analyses d'air (3)!
Le Directeur de l'entreprise SBM, la Mairie de Béziers et la Préfecture n'hésitaient pas à déclarer contre toute évidence, plusieurs milliers de tonnes de pesticides ayant pourtant brûlé dans l'accident - que cet incendie demeurait « sans risque sanitaire ou environnemental » (4). Le MDRGF déplorait également que la liste exacte et complète des pesticides présents sur le site n'ait pas été accessible au public comme l'impose pourtant la législation européenne en vigueur pour les ICPE (Installations Classées pour la Protection de l'Environnement.

Aujourd'hui, c'est donc à une association - le MDRGF et à un laboratoire privé AnAlytikA- que revient le mérite de révéler la réalité de la pollution induite par cet incendie.

Cette situation parfaitement inacceptable- conduit le MDRGF à émettre les deux revendications suivantes :
1-Réduire l'utilisation des pesticides en France.
- La fabrication, l'utilisation et le rejet de pesticides dangereux posent un problème majeur, tant environnemental que de santé publique. Il faut donc - de toute urgence réduire très fortement l'utilisation des pesticides de synthèse en France.
2-Retirer au Ministère de l'Industrie la surveillance du respect des règlements de protection de la santé publique et de l'environnement.

- Les activités industrielles font souvent courir des risques parfois inacceptables- à nos concitoyens. En Europe, riverains et salariés des usines chimiques à risque ont pourtant le droit à l'information et à la sécurité, mais la France reste probablement le seul pays industrialisé au monde où la surveillance du respect de la réglementation de protection de l'environnement et de la santé publique relève des fonctionnaires du Ministère de l'Industrie. Il faut changer d'urgence cette situation car c'est seulement sous la gestion des ministères de la Santé et de l'Environnement que cette situation pourra s'améliorer. De plus, les citoyens doivent être placés au coeur des choix de production, comme l'impose la législation européenne en vigueur. - Les pouvoirs publics concernés doivent remplir les missions de protection de l'environnement et de la santé des citoyens qui leur incombent, en analysant aussi complètement que possible les risques industriels, en prévoyant leurs conséquences éventuelles, en veillant à l'application de la réglementation en vigueur, dans la plus totale indépendance vis à vis du Ministère de l'Industrie, et dans la transparence vis à vis des citoyens qui les rémunèrent.

Pour plus de renseignements et/ ou pour vous procurer le dossier complet des analyses, contactez le MDRGF (5) .

Résultats complet de l'analyse :
le dépistage GC/MS a permis de mettre en évidence les polluants organiques toxiques ci-dessous :

bendiocarb
isopropyl adipate
3,4,5-trichlorobenzenamine
4-methoxy-2-methyl-1-(methylthio)
benzene
Tributyl phosphate
benzaldehyde, 3-phenoxy- Tetradecanoic acid
tris(2-chloroisopropyl)phosphate
methiocarb
Palmitic acid
Furidazol
9,10-Anthracenedione
2-Cyclopenten-1-one, 2-methyl- Procymidone
1-(2,6-Dichlorophenoxy)-4-nitrobenzene
Butyl benzyl phthalate
Iprodione
Dioctyl phthalate
DEHP
9-CHLORO-1-AZAPHENOXANTHIIN
4-Biphenylyl acetate
p-Phenylphenol

(1) :Analytika, 9 Rue de l'Innovation, 83390 CUERS France. (analyses effectuées à titre gracieux)
(2):
www.collectif-acap.fr
(3): Bulletin épidémiologique de Béziers n°3, 4 juillet 2005.
(4): La Dépêche du Midi, 09/07/05
(5) vous pouvez contacter le MDRGF au 06 81 64 65 58 ou 06 87 56 27 57

Retrouvez le MDRGF sur son site internet : www.mdrgf.org